12 mars 2020

pergola ou véranda ? l’analyse de serco holding france le spécialiste des pergolas bioclimatiques dans les alpes-maritimes

Petite construction de jardin constituée de poutres horizontales formant une toiture et soutenues par des colonnes.

Fabriquée dans des matières comme le bois, l’aluminium ou le fer, la pergola peut servir de support aux plantes grimpantes ou à ombrager une terrasse.

vaping fense garde corps anti coronavirus by serco holding france
vaping fense garde corps anti coronavirus by serco holding france

Serco holding le spécialiste du store sur la côte d’azur vous informe : serco holding pergolas, vérandas, serrurerie, menuiserie, aluminium, Monaco, Cannes, Antibes, Nice,

« L’Italie dans vos jardins »

Une pergola  est avant tout une petite construction, ce mot, italien, venant du latin pergula1, a permis à ces usagés, d’agrandir leurs jardins.

Elle est utilisée pour servir de support aux plantes grimpantes. Elle est faite de poutres horizontales en forme de toiture, soutenues par des colonnes. Les premières utilisations remontent à l’Antiquité. Plusieurs jardins possèdent une pergola serco holding sur laquelle repose de la vigne ou des fleurs. Elle permet d’ombrager délicatement la terrasse.

Actuellement, les pergolas Serco Holding sont souvent associées avec fixation aux tentes de réceptions, barnums ainsi qu’aux tonnelles.

De nouveaux matériaux comme l’aluminium sont maintenant utilisés pour renforcer la structure. La pergola serco holding est avant tout une construction jouxtant la maison qui est devenue un vrai espace à vivre.

« Pergola ou véranda »

 Les pergolas et les vérandas n’ont pas la même utilisation ou fonctionnalité.

Une véranda désigne une pièce à vivre généralement située dans le prolongement de l’habitation principale, en ouverture du jardin.

La véranda est considérée comme une pièce extérieure bien qu’elle soit équipée d’une toiture qui lui permet d’être protégée des intempéries.

Dans la majorité des cas elle est construite avec des parois verticales laissant passer un maximum de lumière, la véranda constitue une sorte de « jardin abrité » que l’on utilise pour se détendre ou pour y effectuer des travaux de loisirs comme le bricolage ou la peinture.

« Bien choisir son matériaux : bois ou aluminium ?»

Aujourd’hui, plus de 90 % des vérandas Serco Holding sont réalisées à partir d’aluminium, un matériau qui possède des propriétés physiques garantissant une armature isolante, une faible dilatation à la température et un entretien quasi-inexistant.

Serco holding vous informe que les autres matériaux pouvant être utilisés dans la construction des vérandas sont le bois et l’acier.

Les pergolas quant à elles, servent aussi de support aux plantes et peuvent donc être faites de bois, d’aluminium, d’acier ou encore de fer forgé.

La phase de sélection des matériaux se fait avant la construction. En effet, avant la mise en œuvre des plans détaillés, si le bois est le matériau de structure de votre ouvrage, vous devriez avoir vérifié l’existence des sections selon le fait que les éléments soient en matériaux souples, rigides ou très rigides. La décision de l’essence vient avant la construction.

Serco Holding vous recommande de bien choisir votre essence de bois ? Elle est essentielle si vous voulez réaliser vos travaux seuls. Lorsque vous projetez de construire votre ouvrage vous-même, il est judicieux de consacrer du temps à la sélection des matériaux. La sélection du bois est particulièrement importante pour assurer un ouvrage solide.

En  2020, le style de votre maison est assuré avec cette petite touche que la pergola  Serco Holding offre aux yeux. Il est important d’assurer une bonne balance entre la qualité et l’économie, construire une structure écologique et prendre en considération la difficulté de l’ouvrage.

« Avant tout demander l’autorisation de travaux »

En dehors des zones protégées (périmètre d’un site patrimonial, abords d’un monument historique, site classé ou en instance de classement), une construction de faible ampleur ou une installation légère implantée dans votre jardin n’entraîne aucune obligation déclarative si ses dimensions n’excèdent pas 12 m de hauteur et 5 m² de superficie (surface de plancher et emprise au sol).

Cette règle concerne notamment les cabanes et abris de jardins, les kiosques et les pergolas. Mais pas les vérandas.

De plus en plus de propriétaires de maisons individuelles font construire une véranda pour bénéficier d’une pièce supplémentaire. Cette pièce  sert de jardin d’hiver, de cuisine, de bureau, de chambre…

Mais, l’installation d’une véranda est réglementée. Vous devez, tout d’abord, vous référer au plan local d’urbanisme (P.L.U.) de votre commune, s’il en existe un.

Dans certains cas, une déclaration préalable de travaux suffit pour se mettre en règle avec l’administration. Mais dans d’autres cas, il est nécessaire de déposer un permis de construire.

Parfois, il est même obligatoire de faire appel à un architecte. Si vous ne respectez pas la réglementation en vigueur, les travaux peuvent être arrêtés et votre véranda peut être détruite, même si sa construction est achevée. De plus, installer des surfaces supplémentaires à votre habitation a une incidence fiscale.

Le P.L.U permet de connaître notamment la distance à respecter avec vos voisins, les formes et les matériaux autorisés : véranda en bois, véranda en aluminium, véranda en PVC, véranda en acier, véranda en fer forgé. Souvent dans une zone classée ou protégée, seules les vérandas fabriquées en acier ou fer forgé, parmi les plus chères du marché, sont acceptées.

« Déclaration préalable ou permis de construire pour une véranda ? »

Si la surface au sol ou la surface plancher de la véranda est inférieure à 20 m², une déclaration de travaux suffit. Cette surface est même portée à 40 m², en présence d’un P.L.U. ou d’un P.O.S. Mais il arrive que des mairies imposent un permis de construire pour des vérandas de surface moindre. Avant de vous lancer dans la construction d’une telle pièce, il est donc nécessaire d’interroger les services d’urbanisme de votre commune.

La procédure est plus contraignante si votre projet d’extension se situe en zone protégée ou à proximité d’un monument historique. 

La distance soumise aux règles de construction renforcées est en général de 500 mètres, mais elle peut être supérieure, si l’administration a pris une décision en ce sens. Dans ce cas, votre déclaration de travaux ou votre demande de permis de construire d’une véranda va devoir obtenir l’aval des architectes des Bâtiments de France. Le délai d’instruction s’en trouve allongé, en général de un à trois mois.

Ces contraintes s’appliquent quel que soit le mode de construction de votre véranda : véranda sur mesurevéranda préfabriquéevéranda en kit.

Ecoutez les conseils de pascal cosentino de serco holding France

« Comment effectuer les démarches ?

La déclaration préalable de travaux de la véranda se fait à l’aide d’un document type nommé CERFA numéro 13 703 03. Ce document est remis par votre mairie sur simple demande. Il est également disponible sur internet sur le site service-public.fr

 Ce document est à déposer en mains propres ou à envoyer par lettre recommandée à la mairie. L’employé de la mairie vous remet un reçu mentionnant la date à laquelle les travaux peuvent commencer. Le délai est en général fixé à un mois. Sans refus de votre commune pendant ce délai, vous pouvez commencer la construction de votre véranda. La durée de validité d’une déclaration de travaux est de deux ans.

La demande de permis de construire pour l’extension de la maison est à faire, quant à elle, avec le CERFA numéro 13 406 03. Quatre exemplaires sont à déposer à la mairie. Là encore, un reçu est remis avec une date mentionnant la date de début possible de construction de la véranda. La délivrance du permis de construire pour la véranda est du ressort du maire et peut être tacite. En cas de refus, un recours amiable peut être déposé à la mairie puis un recours judiciaire au tribunal administratif. Les travaux de construction de votre véranda doivent débuter dans les 3 années suivant la délivrance du permis de construire.

« Le recours à un professionnel »

Un architecte Serco Holding connaît la réglementation locale applicable à la construction de la véranda. De plus, des plans d’architecte déposés en appui de votre permis de construire sont à même de rassurer l’administration. L’intervention d’un architecte est même parfois obligatoire pour déposer un permis de construire. C’est le cas, lorsque la surface totale de la maison plus celle de l’extension dépasse 150 m².

La profession d’architecte est une profession réglementée. Cet intervenant est obligatoirement inscrit à l’ordre des architectes et doit être titulaire d’une assurance professionnelle. 

 « Réglementation véranda : l’incidence fiscale »

Construire une véranda augmente la surface cadastrale de votre bien immobilier. L’assiette de calcul des impôts locaux (taxes foncières et taxes d’habitation) est, par conséquent, plus élevée. Toutefois, les vérandas de moins de 20 m² sont exonérées.

Pour les vérandas de grande taille, vous pouvez demander une exonération pendant deux ans. L’extension de la maison doit être signalée dans les 90 jours suivant la fin des travaux. Cette formalité se fait par lettre recommandée envoyée au centre des impôts ou en déposant une déclaration d’achèvement des travaux à la mairie.

Il est difficile de calculer soi-même le surcoût engendré par la surface habitable créée suite à la construction de sa véranda. En effet, plusieurs taxes locales sont susceptibles d’être prélevées : la taxe départementale des espaces sensibles (TDES), la taxe locale d’équipement (TLE), la redevance d’archéologie préventive et la taxe pour le financement des Conseils d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement (TDCAUE). L’administration fiscale est à même de vous renseigner sur l’impact exact de la nouvelle véranda sur vos impôts.

« Un atout pour le climat : la pergola bioclimatique »

Pour profiter pleinement de votre jardin, installez-y une pergola. Cependant, avec les différents modèles proposés sur le marché, il s’avère parfois difficile de choisir. Pour vous simplifier la tâche, suivez les conseils de Serco Holding.

La pergola bioclimatique est l’évolution moderne de cette construction. Entièrement étanche, elle est généralement constituée de lames orientables (motorisées ou non), en aluminium et permet de régler le taux d’ensoleillement. Outre l’aspect décoratif que cette construction confère, elle assure également votre protection contre les regards indiscrets.

En position fermée, les lames de la pergola vous protègent des rayons du soleil en été. En position ouverte, en hiver, elles laissent passer la chaleur et la luminosité. C’est le principe de la bioclimatique : réguler la température et la luminosité selon les conditions météo.

Entre le store et la véranda, la pergola bioclimatique est une alternative indispensable pour maîtriser les apports solaires tout en faisant des économies d’énergie. La pergola bioclimatique permet de profiter quelle que soit la météo de ses extérieurs.

Les pergolas autoportées sont régies selon des règles identiques. Lorsque la surface d’emprise au sol se situe entre 5 et 20 m², la mairie attend une autorisation de travaux de votre part. En revanche, aucune autorisation n’est requise lorsque la surface de la pergola indépendante couvre moins de 5 m² sur le sol.

Si vous voulez prolonger votre salle de séjour pour obtenir un endroit ombragé et verdoyant pour vous détendre, Serco Holding vous recommande d’installer votre pergola devant ou à côté de cette pièce à étendre.

Notes et références :

  1. Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×

Hello!

Click one of our representatives below to chat on WhatsApp or send us an email to gan@lawebcompagnie.com

× PASCAL COSENTINO à votre écoute